Sortir de ses intolérances alimentaires

Rappel de l’épisode précédent
Une dose de stress intense avait décuplé mes intolérances alimentaires. Grâce à un accompagnement spécifique, j’avais pu :

  • Etape 1: désintoxiquer le corps
  • Etape 2: réintroduire un à un les aliments
  • Etape 3: créer une routine permettant d’exclure tous les aliments sources d’intolérance
  • Etape 4: créer une routine permettant la rotation des aliments

Après avoir lu avec grand intérêt Les secrets de l’intestin, filtre de notre corps, j’ai pris contact avec un micro-nutritionniste près de chez moi.

Les secrets de l'intestin, filtre de notre corps

Le diagnostic: une Candidose

Ce micro-nutritionniste, pharmacien spécialisé en micro-nutrition, m’a diagnostiqué par des tests interrogatoires spécifiques un profil hypoglycémique provoqué par une candidose.

« Les candidoses. Elles sont extrêmement fréquentes. Une antibiothérapie à forte dose ou à doses répétées, sans protection probiotique, fragilise nos bactéries dominantes ou même les décime, les Candida albicans prennent alors le dessus et perturbent l’immunité intestinale et le GALT. L’intestin est alors en dysbiose de manière durable et les candida peuvent provoquer à distance des candidoses vaginales, buccales, oesophagiennes… »Les secrets de l’intestin, filtre de notre corps p. 58

La candida ayant envahi l’intestin :

  • prive le corps de son sucre ; ce qui peut provoquer une succession chronique de phases d’hyperglycémie et d’hypoglycémie.
  • stimule en permanence l’immunité ; ce qui amène le corps à rejeter tout nutriment rencontré trop fréquemment (à mettre en relation avec les étapes précédentes).

Effectivement, mes parents m’ont confirmé que j’avais reçu de grandes doses d’antibiotiques pour cause d’angines à streptocoques pendant ma petite enfance (une tante en était morte enfant).

J’ai d’ailleurs retrouvé :
« Une étude, réalisée en Suède chez 1098 enfants atteints de la maladie de Crohn et 6550 enfants nés entre 1973 et 1997, établit un lien entre l’administration précoce d’antibiotiques (avant 5 ans) et la survenue de la maladie de Crohn. » Les secrets de l’intestin, filtre de notre corps p.54

Le traitement: un protocole autour de prébiotiques et probiotiques

Le traitement s’est principalement déroulé sur une période de 3 mois.

Le protocole porte bien son nom de micro-nutrition: l’alternance et les dosages des produits pharmaceutiques sont un peu complexes et demandent une grande attention. Dans l’ensemble des produits qui m’étaient prescrits, les plus identifiables étaient des prébiotiques, des probiotiques. Ils étaient accompagnés d’un grand nombre de molécules et de vitamines permettant de soutenir le corps dans ce changement, assez fatiguant physiquement et psychologiquement.

  • Mois 1: le traitement a pour objectif de diminuer fortement la taille de la candida (qui ne doit pas disparaître), en aidant l’organisme à amorcer une flore intestinale de remplacement.
  • Mois 2: le traitement renforce ce début de nouvelle flore intestinale.
  • Mois 3: le traitement termine d’installer la nouvelle flore intestinale.

Des résultats épatants

Au bout de 3 mois, les impacts des quelques écarts alimentaires se sont nettement amoindris. Mon vendre a énormément dégonflé, ma peau s’est affinée et éclaircie, et j’ai perdu un peu de poids.

Les intolérances n’ont pas complètement disparu pour autant. Le micro-nutritionniste m’a prescrit un traitement léger pour aider mon organisme à se remettre complètement et à « oublier » ces intolérances. Il m’a indiqué que cette dernière phase pouvait durer encore 6 mois.

5 mois après le début du traitement, les principaux impacts d’intolérances arrivent en une dizaine d’heure (au lieu de 48h), et repartent également en quelques heures (au lieu de 3 jours). Mon alimentation et mon poids se normalisent petit à petit. Et ça fait du bien!!

En conclusion

Je dirais que si vous avez des problèmes chroniques de peau grasse et/ou d’énergie, il me semble que la consultation d’un micro-nutritionniste pourrait vous aider. Ca a en tout cas changé ma vie de ce côté-là.

La recherche a énormément avancé cette dernière dizaine d’années. Ses résultats peuvent efficacement suppléer à la médecine de quartier, voire même aux limites des médecins spécialistes aguerris.

Une réflexion au sujet de « Sortir de ses intolérances alimentaires »

  1. Ping : Gérer ses intolérances alimentaires - Les astuces ecolobio de Marina, et les magasins qui vont avec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *